Haut de page

10 conseils pratiques en prévision de la saison fiscale.

Environ 8 millions de contribuables canadiens produisent eux-mêmes leur déclaration à l'aide de logiciels comme Impôt rapide ou Impôt expert avant de l'envoyer par voie électronique à Impôtnet de Revenu Canada. Fort utiles, ces logiciels ne peuvent malheureusement pas compenser les omissions et les erreurs de leurs utilisateurs. Voici 10 conseils pratiques en prévision de la saison fiscale.

ASSURANCE MÉDICAMENTS : SAVOIR COCHER LES BONNES CASES

Économies potentielles : 518,84 $

Tout Québécois doit être couvert par une assurance médicaments. Ceux qui n'ont pas d'assurance privée adhèrent obligatoirement au régime public, pour lequel le paiement de la prime se fait par le truchement de la déclaration de revenus. Le contribuable remplit l'annexe K au provincial sur laquelle il doit cocher les mois où il était couvert par l'assurance privée, ne serait-ce qu'un jour dans le mois. Pas l'inverse ! Un contribuable couvert par l'assurance de son employeur a perdu son emploi en novembre 2015. Il doit payer pour le régime public pour décembre. Mais s'il coche décembre au lieu des 11 premiers mois, son logiciel calculera sa prime pour 11 mois. Une facture de 572,17 $ au lieu de 53,33 $.

ASSURANCE MÉDICAMENTS : QUEL TRAITEMENT POUR LES ENFANTS MAJEURS ?

Économies potentielles : 625,50 $

Les étudiants à temps plein de 18 à 25 ans, sans conjoint et habitant encore au foyer familial sont exemptés de payer la prime du régime public. Hors du foyer familial, ils doivent payer une prime s'ils ne sont pas couverts par un régime privé. Pourquoi payer si on est exempté ?

ACHAT D'UNE PREMIÈRE MAISON : NE GARDEZ PAS LA BONNE NOUVELLE POUR VOUS-MÊME

Économies potentielles : 750 $

Vous avez droit à un crédit pour l'achat d'une première maison même si votre nouveau conjoint a déjà été propriétaire dans un passé récent. Depuis 2009, le gouvernement fédéral donne un crédit de 750 $ (15 % d'un montant maximal de 5000 $) à l'achat d'une maison à tous les contribuables qui n'ont pas été propriétaires depuis cinq ans. Toutefois, si votre conjoint a été propriétaire après 2010 au moment où il n'était pas en couple avec vous, vous avez droit au crédit quand même. Félicitations !

PREMIER DON : ATTENDEZ DONC 2017 !

Économies potentielles : 250 $

Le gouvernement fédéral veut stimuler la générosité des Canadiens avec son super crédit de 25 % pour premier don de bienfaisance jusqu'à concurrence de 1000 $. Ce crédit s'ajoute au crédit habituel sur les dons. Un premier don de 1000 $ donne ainsi droit à des crédits totaux de 512 $ au lieu de 262 $. La mesure sera en vigueur jusqu'en 2017. Si un contribuable fait un premier don de 200 $ en 2015, il a donc intérêt à ne pas le réclamer cette année s'il compte faire d'autres dons jusqu'en 2017. Ce faisant, le super crédit s'appliquera sur la totalité des dons de la période.

DROITS DE SCOLARITÉ : LE TRANSFERT AUX PARENTS DOIT SE FAIRE DANS L'ANNÉE

Économies potentielles : 690 $

Junior est maintenant majeur, vacciné et fréquente à temps plein l'université. Payant peu ou pas d'impôt, fiston n'aura sans doute pas besoin de son crédit d'impôt pour droits de scolarité. Il peut se faire généreux et les transférer à papa ou maman. Pour un montant admissible de 3000 $, l'économie sera de 450 $ au fédéral et de 240 $ au provincial. L'étudiant doit toutefois transférer les montants de l'année d'imposition courante. S'il ne le fait pas, l'étudiant sera le seul à pouvoir les réclamer les années subséquentes. Adieu les économies.

PROPRIÉTAIRES DE 70 ANS ET PLUS : GARDEZ VOS REÇUS

Si vous avez plus de 70 ans, êtes en bonne santé et tenez maison, vous avez intérêt à garder vos factures de déneigement, d'entretien paysager et ménager, de soins infirmiers et autres, jusqu'à un généreux maximum de 19 500 $. Ces dépenses donnent droit à un crédit d'impôt remboursable de 33 % pour maintien à domicile des aînés au provincial. Par exemple, pour 1000 $ de dépenses admissibles, l'aîné peut récupérer jusqu'à 330 $. Le crédit est réduit de 3 % du revenu familial net qui excède 55 905 $. Le crédit s'applique aussi aux locataires en appartement et aux résidants de résidences pour personnes âgées.

MONTANT POUR CONJOINT :  AVOIR L'EMBARRAS DU CHOIX

Économies potentielles : 1670 $

Au fédéral, un contribuable peut demander un montant pour époux ou conjoint de fait s'il a subvenu un moment dans l'année à ses besoins. Le conjoint doit avoir un revenu inférieur à 11 327 $. Il arrive qu'un contribuable ait eu deux conjoints pendant l'année, il pourra alors faire une réclamation concernant le conjoint ayant le revenu le plus faible pour maximiser le crédit d'impôt. Habituellement, il faut habiter 12 mois avec une personne pour devenir son conjoint fiscal. Le processus est accéléré si le contribuable subvient entièrement aux besoins de l'enfant de son nouveau conjoint.

FRAIS DE GARDE : RECHERCHE D'EMPLOI FACILITÉE

Même si Québec n'admet pas les frais payés à un service de garde à contribution réduite, contrairement au fédéral, il sait se montrer plus généreux qu'Ottawa à d'autres égards. D'abord, n'importe qui dans le couple peut réclamer les frais de garde indépendamment de son revenu. Au fédéral, c'est le conjoint qui gagne le moins qui doit les réclamer. Ensuite, le provincial rend admissibles les frais de garde payés pendant que le contribuable cherche activement un emploi. Ce que ne permet pas le fédéral.

FRAIS MÉDICAUX : DES COTISATIONS QUI VALENT LEUR PESANT D'OR

Dans le cas d'un régime privé, les cotisations de l'employeur sont admissibles au provincial seulement. On trouve l'information à la case J du Relevé 1. Les cotisations de l'employé sont, quant à elles, admissibles au fédéral et au provincial, on les trouve aux cases 85 du T4 et 235 du Relevé 1. En leur absence, l'information peut être trouvée sur le dernier relevé de paie de l'année 2015 du travailleur. Dans le cas du régime public, la prime payée en 2016 pour l'année 2015 est admissible comme dépense médicale en 2015 au provincial, mais seulement en 2016 au fédéral. Allez donc comprendre quelque chose.

FAITES-VOUS REMBOURSER LE TUTEUR DE VOTRE ENFANT PAR L'IMPÔT

Économies potentielles : 135 $

Votre enfant fréquente une école secondaire privée dont les frais, non déductibles, s'élèvent à 4000 $ par année, mais, consolez-vous, vous pouvez déduire les frais du tuteur que vous avez engagé pour que votre jeune réussisse son année, à la condition que les visites s'échelonnent sur une durée minimale de huit semaines à raison d'au moins une séance hebdomadaire. Le montant maximal admissible de 500 $ donne droit à un crédit d'impôt de 75 $. Au provincial, le maximum est de 300 $ pour un crédit d'impôt de 60 $ pour les familles gagnant 132 650 $ et moins.

Pris dans La Presse. 

Welcome to Our Blog!

Publié par Admin Publié le 02 fevr 2016
This is the home of our new blog. Check back often for updates!

Connexion client